Sélectionner une page

DC1, DC2, Mémoire technique … autant de termes qui font fuir grand nombre de dirigeant de TPE et PME. Malgré le levier de développement que la réponse aux appels d’offre peut représenter : le vocabulaire spécifique, les éléments de preuves à fournir, le temps passé à formuler une réponse, pour un résultat plus qu’incertain… ont déjà fait fuir la plupart des candidats potentiels aux marchés !

Si la réponse aux appels d’offre vous paraît inaccessible, vous trouverez ici quelques éléments de réponses.

  1. Toute cette paperasse !

Trouver une publication d’ouverture à un marché public peut déjà représenter une victoire pour une entreprise !

Mais une fois le dossier retiré, les choses sérieuses commencent : il faut déjà déterminer les éléments à fournir à l’institution émettrice du marché !

Les offres de marchés publics se composent du :

  • DC1: c’est le formulaire de candidature dans lequel les entreprises doivent fournir les éléments de preuves de leur habilitation à répondre à l’offre de marché. Y sont demandés les coordonnées des entreprises candidates, les lots pour lesquels elles se positionnent, les extraits K-bis, les attestations d’assurance…
  • DC2 : ce formulaire vient en complément du DC1. Il a pour but de vérifier que le candidat dispose des capacités financières, techniques et professionnelles nécessaires pour répondre au marché.
  • Mémoire technique: entièrement à rédiger par les entreprises candidates, il détaille les axes méthodologiques pour répondre aux exigences techniques et organisationnelles du marché.
  1. Par quel bout commencer ?

La lecture du dossier d’offre vous permettra d’identifier les éléments clés attendus par les structures.

Les formulaires types DC1 et DC2 seront de toute façon à compléter.

Pour ce qui est du mémoire technique, c’est souvent la partie la plus « effrayante ». Afin d’éviter le syndrome de la page blanche, il convient de respecter le plan des attentes de l’institution émettrice détaillé dans l’offre. En effet chaque lot comporte des attentes et des spécificités. Détaillez tout simplement vos capacités à répondre à ces attentes et la valeur ajoutée que vous êtes en mesure d’apporter.

  1. Dans tous les cas ce n’est pas perdu !

Autant de travail pour un résultat  incertain… Voilà la plus grande réticence des entreprises à répondre aux appels d’offre.

Ne vous découragez pas après un premier échec, mais tirez – en plutôt les bénéfices.

Vous venez de le voir : votre réponse à un appel d’offre se composera toujours (ou presque) des mêmes éléments… Ne serait-ce que pour la partie purement administrative de votre dossier de candidature, vos éléments de réponse seront déjà prêts pour une nouvelle tentative !

La réponse aux appels d’offres répond à une « codification » bien précise. La constitution d’un dossier de réponse peut effectivement s’avérer très chronophage. Mais pleinement intégrée à la stratégie d’entreprise (en interne ou de façon externalisée), la réponse aux appels d’offre sera pour votre entreprise, et ce quel que soit son cœur de métier, un véritable axe de croissance et de développement.